Hace algunos años

Nôtre Fabienne venait de naître, un an plutôt nous nous étions mariés. Il y a 55 ans ma mère vivait encore. Nous avions fêtés avec mon frère et elle la nouvelle année. Nous étions jeunes …

Nuestra Fabienne acababa de nacer, un año antes nos habíamos casado. Hace 55 años mi madre vivía todavía. Habíamos celebrado con mi hermano y ella el Año Nuevo. Éramos jóvenes …

La nostra Fabienne era appena nata, un anno prima, eravamo sposati. 55 anni fa, mia madre era ancora viva. Avevamo festeggiato il nuovo anno con mio fratello. Eravamo giovani…

Leer más

Nochevieja 2021

Comme chaque année un concert et diner gastronomique chez Sadler. Cette fois cependant nous n’avont pas assisté à la neuvième de Beethoven de tradition à la Verdi. Par précaution nous nous somme contenté du concert de nouvel an à Vienne dirigé par Barenboim en ligne. Fantastique!

Como todos los años, un concierto y una cena gourmet en Sadler. Esta vez sin embargo no antes dUn concierto y cena gourmet en Sadler’s. Esta vez sin embargo no asistimos a la novena de Beethoven de tradición a la Verdi. Por precaución nos contentamos con el concierto de Año Nuevo en Viena dirigido por Barenboim en línea. Fantástico!

Come ogni anno, un concerto e una cena gourmet da Sadler. Questa volta però non abbiamo assistito alla nona di Beethoven di tradizione alla Verdi. Per precauzione ci siamo accontentati del concerto di Capodanno a Vienna diretto da Barenboim online. Fantastico!ntentati del concerto di Capodanno a Vienna diretto da Barenboim online. Fantastico!

Leer más

Madame Bovary: Emma pleurait et il s’efforçait de la consoler, …

“Emma pleurait, et il s’efforçait de la consoler, enjolivant de calembours ses protestations. — Oh ! c’est que je t’aime ! reprenait-elle, je t’aime à ne pouvoir me passer de toi, sais-tu bien ? J’ai quelquefois des envies de te revoir où toutes les colères de l’amour me déchirent. Je me demande : Où est-il ? Peut-être il parle à d’autres femmes ? Elles lui sourient, il s’approche… Oh ! non, n’est-ce pas, aucune ne te plaît ? Il y en a de plus belles ; mais, moi, je sais mieux aimer ! Je suis ta servante et ta concubine ! Tu es mon roi, mon idole ! tu es bon ! tu es beau ! tu es intelligent ! tu es fort ! 
    Il s’était tant de fois entendu dire ces choses, qu’elles n’avaient pour lui rien d’original. Emma ressemblait à toutes les maîtresses ; et le charme de la nouveauté, peu à peu tombant comme un vêtement, laissait voir à nu l’éternelle monotonie de la passion, qui a toujours les mêmes formes et le même langage. Il ne distinguait pas, cet homme si plein de pratique, la dissemblance des sentiments sous la parité des expressions. Parce que des lèvres libertines ou vénales lui avaient murmuré des phrases pareilles, il ne croyait que faiblement à la candeur de celles-là ; on en devait rabattre, pensait-il, les discours exagérés cachant les affections médiocres ; comme si la plénitude de l’âme ne débordait pas quelquefois par les métaphores les plus vides, puisque personne, jamais, ne peut donner l’exacte mesure de ses besoins, ni de ses conceptions, ni de ses douleurs, et que la parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles. 
Leer más

Cumpleaños en el Fairouz

En bonne compagnie, j’ai fêté mes 78 ans dans un excellent restaurant libanais végétarien: «El Fairouz«. Suivez le lien pour vous informez sur le restaurant et regardez les fotos ci-après. Un grand merci à tous pour les voeux que vous m’avez envoyés. En buena compañía, celebré mis 78 años en un excelente restaurante vegetariano libanés:…

Leer más

Madame Bovary: Madame, par pudeur, …

“Une nuit, vers onze heures, ils furent réveillés par le bruit d’un cheval qui s’arrêta juste à la porte. La bonne ouvrit la lucarne du grenier et parlementa quelque temps avec un homme resté en bas, dans la rue. Il venait chercher le médecin ; il avait une lettre. Nastasie descendit les marches en grelottant, et alla ouvrir la serrure et les verrous, l’un après l’autre. L’homme laissa son cheval, et, suivant la bonne, entra tout à coup derrière elle. Il tira de dedans son bonnet de laine à houppes grises, une lettre enveloppée dans un chiffon, et la présenta délicatement à Charles, qui s’accouda sur l’oreiller pour la lire. Nastasie, près du lit, tenait la lumière. Madame, par pudeur, restait tournée vers la ruelle et montrait le dos.
Leer más

Proust: Sobre la literatura

“En réalité, chaque lecteur est, quand il lit, le propre lecteur de soi-même. L’ouvrage de l’écrivain n’est qu’une espèce d’instrument optique qu’il offre au lecteur afin de lui permettre de discerner ce que, sans ce livre, il n’eût peut-être pas vu en soi-même.”
Leer más

Proust: Venise

Le soir, je sortais seul, au milieu de la ville enchantée où je me trouvais au milieu de quartiers nouveaux comme un personnage des Mille et une Nuits. Il était bien rare que je ne découvrisse pas au hasard de mes promenades quelque place inconnue et spacieuse dont aucun guide, aucun voyageur ne m’avait parlé.
Je m’étais engagé dans un réseau de petites ruelles, de calli divisant en tous sens, de leurs rainures, le morceau de Venise découpé entre un canal et la lagune, comme s’il avait cristallisé suivant ces formes innombrables, ténues et minutieuses. 
Leer más

Proust: Le sommeil et la beauté

Je jouissais encore des débris du sommeil, c’est-à-dire de la seule invention, du seul renouvellement qui existe dans la manière de conter, toutes les narrations à l’état de veille, fussent-elles embellies par la littérature, ne comportant pas ces mystérieuses différences d’où dérive la beauté.
Leer más

Proust: …l’impression de plate vulgarité que peut donner l’entrée dans le port danois d’Elseneur à tout lecteur enfiévré d’Hamlet.

“Proust, es decir, al autor que ha llevado más lejos la ambigüedad de la novela, oscilante siempre entre la prosa y el ritmo, el concepto y la imagen” Octavio Paz. “El Arco y la Lira» Ce que Mme de Guermantes croyait décevoir mon attente était, au contraire, ce qui, sur la fin — car le…

Leer más

Proust: Le Baron de Charlus

“Proust, es decir, al autor que ha llevado más lejos la ambigüedad de la novela, oscilante siempre entre la prosa y el ritmo, el concepto y la imagen” Octavio Paz. “El Arco y la Lira» Je regardais M. de Charlus. La houppette de ses cheveux gris, son œil dont le sourcil était relevé par le…

Leer más